La pression monte, la ferveur également.

Nous sommes le 15 Juillet 2018, et le soleil est aux éclats dans les rues de Paris.

Les yeux sont encore embrumés de la soirée de la veille, où des amis et moi étions déjà en train de préparer ce moment historique, se disant que arriver dans le bar 5 heures en avance n’était pas de trop…

Un air de 98 sillonne les rues, je rejoins des amis déjà bien vissés dans leurs chaises qui en l’espace d’un match sont aussi précieuses que la prunelle de leurs yeux et j’arrive ainsi à me faufiler dans la foule, bruyante et compacte face à l’écran géant du bar.

Le match débute, l’attention, la tension monte à chaque minute qui s’écoule et puis c’est le premier but, on s’enlace, on s’embrasse, certain lance des chants de supporters sans se dire que finalement ce n’est qu’un match de foot.

Et puis c’est la victoire, un rapide souvenir de 98, pour se dire que nous aussi la génération fin 90’s on l’aura réellement connu ce moment. Et alors on part déambuler dans les rues de Paris, en direction des champs Elysée dans un vacarme, la joie au ventre.

CoupeduMonde2018
CoupeduMonde2018
CoupeduMonde2018
CoupeduMonde2018
CoupeduMonde2018
CoupeduMonde2018
CoupeduMonde2018
CoupeduMonde2018
CoupeduMonde2018